Les étoiles du COSMOS avec Frédéric Bureau du CROS Nouvelle-Aquitaine

6 Mai 2022

Chaque mois, le COSMOS vous propose de mettre en lumière un de ses adhérents. Aujourd’hui, nous avons la chance d’interviewer Fréderic BUREAU, vice-président du CROS Nouvelle-Aquitaine, président du comité régional de gymnastique, mais aussi correspondant territorial et administrateur du COSMOS.

 

Propager les valeurs et fondamentaux de l’olympisme

 

Qu’est-ce que le CROS Nouvelle-Aquitaine?

Frédéric Bureau : L’objectif du Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) est de représenter le mouvement sportif. Il est au service de ses adhérents que sont les Comités et Ligues Régionales. Il s’est donné pour but de propager et protéger les valeurs et fondamentaux de l’olympisme et plus globalement les valeurs du sport. La nouvelle région étant très grande, le CROS est divisé sur trois sites (Bordeaux, Poitiers et Limoges) et quatre vice-présidents sont en charge des dossiers : éducation et citoyenneté, sport santé, sport et professionnalisation. Je suis à titre personnel le vice-président délégué aux politiques publiques et au sport de haut niveau. 

 

 

Affirmer la présence du sport sur le territoire

 

Justement, en quoi consiste votre mission ?

FB : Mon travail consiste en plusieurs choses. Tout d’abord représenter le mouvement sportif au sein des différentes institutions qui régissent le sport en région et au niveau national mais aussi à valoriser le travail de mes collègues dans les différentes commissions en communiquant et faisant valoir leurs projets respectifs. Je coordonne et réponds avec l’ensemble des membres du Bureau Exécutif et des services aux très nombreuses sollicitations et invitations reçues par le Président du CROS Nouvelle-Aquitaine, Philippe SAÏD. L’objectif global est d’affirmer la présence du sport sur le territoire en entretenant de bonnes relations avec les différentes instances comme la Direction Régionale Académique de la Jeunesse et des Sports (DRAJES), le Conseil Régional ou même l’Agence Régionale de Santé (ARS). La gouvernance du sport évolue, on l’a vu avec la création de l’Agence Nationale du Sport (ANS) il y a quelques temps déjà et la CRdS (Conférence Régionale du Sport) depuis peu. Le CROS doit s’adapter à ces changements et prendre à bras le corps des sujets importants comme l’évolution de la pratique ou la féminisation des structures sportives.

 

 

Il existe d’énormes disparités

 

 

Vous avez d’ailleurs répondu à l’enquête féminisation du COSMOS. Vous mettez en place des Ateliers « Femmes dirigeantes », pouvez-vous nous en dire plus ?

FB : Malheureusement je ne peux pas entrer dans les détails, c’est José Cervera le Vice-Président « Sport éducation et citoyenneté » qui est en charge du dossier et il en parlerait mieux que moi. Mais je sais et peux affirmer qu’il y a une énorme volonté d’avancer sur le sujet. Les disparités sont assez flagrantes de fédérations en fédérations mais aussi de territoires en territoires. C’est un sujet complexe qu’il faut traiter avec conviction.

 

Faire en sorte que les associations fonctionnent mieux

 

Quels sont selon vous les grands enjeux du prochain quinquennat en matière sportive ?

FB : La première chose à faire va être de soutenir et dynamiser le monde fédéral et amateur. Ce secteur a particulièrement été touché par la crise Covid et la période inédite que nous avons traversée a renforcé le problème de considération des pouvoirs publics envers les dirigeants et plus globalement envers le statut du bénévole. Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 seront, je l’espère, le catalyseur d’une nouvelle politique de soutien aux bénévoles et le mouvement sportif est prêt à travailler sur ce dossier.

 

L’objectif principal, c’est d’avoir un projet

 

Le COSMOS a notamment porté une mesure sur la sécurisation du statut de dirigeant bénévole…

FB : Effectivement, j’ai suivi et contribué au programme politique du COSMOS. C’était un bel exercice. Tout le monde ne se retrouve pas forcément dans les 45 propositions mais c’était une première et le principal était d’avoir un projet et de fédérer autour de celui-ci ! J’espère que le COSMOS continuera ce travail au long du quinquennat et lors des prochaines élections afin de faire changer les mentalités car l’élection présidentielle nous l’a encore montré, le sport n’est pas représenté à sa juste valeur.

 

 Siéger à l’UDES est très enrichissant

 

Vous êtes correspondant au nom du COSMOS à l’UDES. Quel est l’intérêt pour le sport d’être représenté au sein de l’économie sociale et solidaire ? 

FB : Justement, d’être solidaire auprès des autres organismes. La question sociale, l’inclusion, ce sont des sujets qui font parties des valeurs que défend le sport. L’UDES (Union des Employeurs de l'Economie Sociale et Solidaire) est un espace que je ne connaissais pas et que j’ai connu à travers le COSMOS.  J’ai eu la possibilité de découvrir d’autres pans de la société plus ou moins éloignés du sport (santé, soin à la personne…). Les sujets sont vastes et ce secteur économique est particulièrement en souffrance.

 

Représenter des territoires

 

Vous êtes aussi membre titulaire au Conseil National du COSMOS. En quoi est-ce important pour vous d’y siéger ?

FB : Cela permet de suivre l’actualité COSMOS et d’être sensibilisé à l’évolution de la convention collective du sport (CCNS). Ces moments nous permettent aussi de faire remonter des informations du territoire et de partager nos besoins. C’est un bon moyen d’être représenté dans l’écosystème sportif. Et puis c’est important pour moi, tout simplement, d’être un acteur qui contribue à la vie et à l’évolution de cet organisme que je suis depuis ses débuts.

 

Pour finir…

Un moment inoubliable

Qui est votre GOAT ?

FB : La fée de Montréal, Nadia Comaneci ! Je viens de la gymnastique et Nadia est l’une des grandes championnes qui a marqué notre sport. Elle est la première à obtenir la note de 10 lors d’une olympiade, à Montréal en 1976 et elle n’avait que 15 ans ! J’ai eu l’honneur de la rencontrer en 2002, c’était un moment inoubliable.

Si votre structure était un sportif ou une sportive, ce serait… ?

FB : Teddy Riner sans hésiter !  Le judoka véhicule de belles valeurs. Combattant, volontaire, costaud d’un côté, sage, humain et chaleureux de l’autre.

Contenu réservé exclusivement aux adhérents - reproduction interdite sans autorisation préalable du COSMOS.

Nos partenaires